Nous utilisons des cookies sur ce site Internet. Nous supposons que vous y consentez dans la mesure où vous utilisez ce site. Un cookie est un simple petit fichier envoyé avec les pages de ce site Internet et stocké par votre navigateur sur le disque dur de votre ordinateur. Les informations stockées peuvent être retransmises vers nos serveurs lors de votre prochaine visite sur notre site.More information
Ne plus afficher ce message
Sysmex Nederlands
Menu

Calendrier scientifique Janvier 2019

Par rapport à l’imagerie traditionnelle, à partir de quand une biopsie de liquide très sensible peut-elle détecter la résistance à un traitement ciblé chez les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules?

4 semaines

8 semaines

12 semaines

> 13 semaines

Congratulations!

That's the correct answer!

Sorry! That´s not completely correct!

Please try again

Sorry! That's not the correct answer!

Please try again

Notice

Please select at least one answer

Informations scientifiques

Si les options thérapeutiques ont fortement évolué, l’établissement du diagnostic dans les cas de cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) a subi lui aussi des changements importants ces dernières années.

Il est bien entendu aujourd'hui qu'après un traitement aux inhibiteurs de la tyrosine kinase (TKI) en première ou deuxième ligne, T790M, la mutation de résistance la plus courante du gène R-EGF, est souvent détectée et indique la nécessité de passer au traitement en troisième ligne à l’inhibiteur TKI osimertinib. Afin de pouvoir adapter l'approche thérapeutique, il convient d'analyser les mutations importantes lors du traitement aux TKI, mais généralement, aucun tissu n’est disponible pour surveiller séquentiellement le statut des mutations. Par conséquent, la biopsie de liquide est essentielle pour permettre une compréhension plus poussée de l’état d'un patient. L’ADN tumoral circulant (ctDNA) libéré par la tumeur dans la circulation sanguine peut fournir des informations essentielles à la médecine de précision pour les patients atteints de NSCLC, et il permet une adaptation précoce des stratégies thérapeutiques.

Des changements dynamiques de certaines mutations durant un traitement aux TKI peuvent être le signe d'une réponse ou d'une résistance précoce au traitement chez les patients atteints de NSCLC. On a présenté récemment les données récoltées lors de l’étude prospective multicentrique LungBEAM, dans le cadre de laquelle des patients atteints de NSCLC ont été suivis durant un traitement aux TKI (1). En raison de la grande sensibilité de l’essai OncoBEAM EGFR utilisé pour analyser les mutations, les investigateurs ont pu détecter l’émergence de mutations T790M du gène R-EGF 13,6 semaines avant que la progression radiologique soit évaluée par imagerie. De plus, la suppression des mutations du gène R-EGF dans le plasma 8 semaines après le début du traitement aux TKI peut être le signe d'une survie sans progression plus favorable.

Dans d'autres entités tumorales, la biopsie de liquide OncoBEAM a également démontré la possibilité de surveiller les patients atteints d'un cancer durant le traitement. En cas de cancer colorectal, diverses études ont prouvé qu'il était possible de détecter précocement la résistance ou la réponse au traitement anti-R-EGF (2). Dans une sous-catégorie de patients atteints d'un mélanome, le ctDNA a mis en lumière la progression de la maladie sur la base des mutations BRAF en moyenne 21 semaines plus tôt que l'imagerie radiographique (3). En outre, lorsqu’on a évalué les échantillons de sang collecté en série auprès de patients atteints d'un cancer du pancréas avant que la tumeur commence à progresser, le ctDNA avec mutation KRAS s’est avéré meilleur que les mesures CEA ou CA 19-9 pour indiquer l'évolution de la maladie.

Envisagées dans leur globalité, ces données prometteuses indiquent clairement le besoin et la puissance de diagnostics poussés pour la médecine de précision lors du traitement des cancers où la flexibilité dans les stratégies thérapeutiques est vraiment essentielle.

Scattergrammes

Références

(1) Garrido, P et al. LungBEAM: A prospective multicenter trial to monitor EGFR mutations using BEAMing technology in Stage IV NSCLC patients. Ann. Oncol. 2018, Volume 29, Issue suppl_8, 1, mdy269.119

(2) Garcia-Foncillas J et al. Incorporating BEAMing technology as a liquid biopsy into clinical practice for the management of colorectal cancer patients: an expert taskforce review. Ann. Oncol. 2017 0(0):1 – 7.

(3) Rowe, SP et al. From validity to clinical utility: the influence of circulating tumor DNA on melanoma patient management in a real-world setting., Mol Oncol. 2018 Oct;12(10):1661-1672.

(4) Kruger, S. et al. Repeated [mut]KRAS ctDNA measurements represent a novel and promising tool for early response prediction and therapy monitoring in advanced pancreatic cancer. Ann. Oncol. 2018, mdy417

OncoBEAM EGFR kit v2 (RUO) et OncoBEAM BRAF kit (RUO) sont utilisés uniquement dans la recherche. Le fabricant n'a pas établi d'utilisation pour le diagnostic in vitro.

Copyright © Sysmex Europe GmbH. All rights reserved.